Albert COHEN - Le Roi Mystère - www.albertcohen.com site non officiel
Albert COHEN

Le Roi Mystère


Entretiens Albert Cohen,
enregistrés en janvier 1976,
présentés et produits par Jean Couturier
et Françoise Estèbe, et diffusés dans


A voix nue - grands entretiens d'hier et d'aujourd'hui :
Albert Cohen, l'iconoclaste,


France Culture du 25 au 29 décembre 1995




Paris, INA & Le Préau des Collines 2009,
In-8 (22 x 14 cm) de 137 (1) pp.,
sous couverture à rabats.

Textes présentés p. 3 à 91,
suivis d'un album de photographies dont des inédites (20)
et de reproductions de lettres ou documents (14) pp. 93 à 133

Ina 1995 et Le Préau des collines, 2009
154, rue Oberkampf - 75011 Paris

www.preaudescollines.fr


ISBN 978-2-914945-95-0
15 euros


-

Quatrième de couverture :

Albert Cohen, à la fin de sa vie, reçoit pour France Culture, dans son appartement de Genève, Françoise Estèbe et Jean Couturier.
    Sa faconde mais aussi son prodigieux talent de conteur transforment ces entretiens en une saga prophétique; il ne respecte rien, ni les fonctionnaires de l'ONU, ni les "singes savants" qui détruiront la planète, ni les philosophes - ces tisseurs de toiles d'araignées -, ni Dieu.
    Prophétique, oui, mais aussi rieur et joyeux, il conte, il se fâche. Il lit des poèmes de l'ami d'enfance, Marcel Pagnol, tendre et terrible, il séduit.

"Quand je travaillais aux Nations unies, je voyais tous ces singes présomptueux et serviles, qui veulent grimper les échelons entre deux cabrioles sexuelles et qui jusqu'au moment de mourir ne se doutent pas qu'ils mourront.
    Pitié pour les petits gorilles vêtus, pleins de canines à peine poussées, dans ce monde de nature où il faut dévorer pour n'être pas dévoré, ou tout au moins s'arranger avec les dévoreurs, être de leur bande et devant les puissants se mettre vite en femelle posture. Je voudrais tellement bourrer les hommes de leur mort ! Ils changeraient s'ils savaient ! Ces gens de la Société des Nations, je les trouvais tellement drôles, nus et recouverts d'étoffe, qui parlaient comme s'ils n'étaient pas nus sous leurs habits et sous leurs décorations."








Valid HTML 4.01 Transitional